#AMÉLIORER

Chaque année, l’OPPBTP s’appuie sur des travaux d’études chantiers et sur des retours d’expériences de terrain pour faire évoluer les standards, faire émerger des solutions innovantes. Ainsi, ce sont les conditions de travail des professionnels du BTP qui gagnent chaque jour en qualité. En 2018 encore, l’Organisme a apporté aux entreprises un accompagnement utile et pratique, et a participé à l’instauration de meilleures conditions de travail, en prise avec les enjeux d’avenir.

L’APPLICATION Veille technique terrain (VTT) est une base de données de process et moyens qualifiés au regard de la prévention. Elle comprend désormais une grille de lecture dédiée aux conditions de travail accessible à tous les professionnels du BTP, entreprises et partenaires.

L’OPPBTP a déployé une offre d’information complète sur la thématique du bruit. Affiches, dossier, guide, etc. Autant de documents qui permettent d’appréhender le sujet de manière pratique et concrète ou plus approfondie.

EN 2018, l’OPPBTP a accompagné la FNTP sur le plan méthodologique pour élaborer le nouveau référentiel pénibilité.La DGT et les syndicats spécialisés (routiers, terrassiers, électriciens, canalisateurs, etc.) ont été sollicités.

L’ORGANISMe s’est engagé à l’échelle européenne dans le domaine des EPI à faire évoluer les questions réglementaires autour de la compatibilité des équipements entre eux pour accompagner le développement des smart EPI. Un groupe de travail dédié a également été lancé afin de définir un vocabulaire et des protocoles d’évaluation communs.

Améliorer les conditions de travail

UNE EXPERTISE TERRAIN ACCRUE

>

L’OPPBTP poursuit ses actions pour faire progresser les conditions de travail des opérateurs du BTP. En 2018, les travaux d’observation et les analyses de la Direction Technique, accompagnés par les conseillers en prévention présents sur le terrain, ont permis de développer plusieurs solutions innovantes et de nouveaux process. Fort des savoir-faire d’une équipe pluridisciplinaire, l’Organisme emploie aussi son expertise sur le terrain réglementaire.

Les experts de la Direction Technnique, les services de santé, les syndicats de métier et les préventeurs ont poursuivi en 2018 leur travail de développement de solutions et process innovants au service de la prévention.

Nouvelles applis de référence

L’année a ainsi vu l’application Veille Technique Terrain (VTT) non seulement s’enrichir, mais également évoluer. Fruit de l’observation des conseillers en prévention sur le terrain, cette base de connaissances indexées compte plus de 1 100 cas VTT (dont 200 réalisés en 2018) présentant les matériels, équipements, produits ou procédés constructifs qualifiés au regard de la prévention. Pour aller au-delà des questions santé et prévention, une grille de lecture consacrée aux conditions de travail complète l’analyse depuis 2018. Celle-ci permet d’évaluer ces moyens et process sur une base de critères plus large, tels que l’aspect manutention, le confort de travail et le gain de temps. Sources d’information précieuses, certains cas (400 en 2018) sont exploités sous la forme de sujets « Solutions Chantiers » sur Prevention-btp.fr qui totalisent 27 000 pages vues en 2018 (+36 %) vs 2017. Dans la lignée de cette stratégie d’ouverture sur l’extérieur, l’OPPBTP a développé en 2018 une solution dédiée aux accidents du travail, mettant en œuvre une démarche de coconstruction et, dans le même temps, son rôle fondamental dans le traitement de cette problématique. En effet, si les statistiques publiées par l’Assurance Maladie-Risques Professionnels en novembre 2017 font état d’une baisse de plus de 3% de la fréquence des accidents du travail dans le secteur du BTP (56,8 accidents pour 100 salariés contre 60 en 2016), la hausse des décès causés par les accidents du travail et les maladies professionnelles invite le secteur à toujours plus de vigilance et d’investissement en prévention.

Aussi, après des années d’action vigoureuse et structurée sur ces questions, l’Organisme a développé une application mobile permettant aux préventeurs de recenser et analyser les situations accidentogènes. Déployée courant 2019, la solution pourrait également être exploitée en externe par des partenaires et des groupes du secteur.

« L’évolution de l’appli VTT est l’aboutissement d’un projet entamé en 2017. Son objectif est d’orienter la VTT sur le REX et d’intégrer un focus conditions de travail. Les évolutions permettent également une initiation de la VTT par smartphone. Le contenu est plus riche et nous souhaitons diffuser largement cet outil pour que nos partenaires nourrissent la base de données. »

Activité intense sur les études

De nouvelles études consacrées aux métiers de la fabrication de métallerie, à la maçonnerie de gros œuvre, aux canalisateurs et aux métiers de la résine ont été réalisées en 2018. La démarche basée sur des observations terrain a donné lieu à des signatures de conventions entre l’OPPBTP et les organisations professionnelles de ces métiers, ainsi qu’une vingtaine de services de santé. En parallèle, l’Organisme a poursuivi ses actions d’amélioration des conditions de travail réalisées sur la base des précédentes études. Il s’agit, entre autres, de l’accompagnement des professionnels adhérents d’EGF- BTP, celui consacré aux démolisseurs ou encore aux étancheurs. Une étude, dite PUP (Prévention de l’usure professionnel), a également été conduite sur l’usage des exosquelettes dans le BTP, laquelle comprend notamment des préconisations pour l’évolution de la deuxième génération d’exosquelettes. L’ergonomie dans le BTP a également fait l’objet d’une étude, présentée lors de la cinquième Journée d’Échanges de Pratique entre les ergonomes du secteur et, pour la première fois, des médecins du travail ainsi que des directeurs de prévention. Enfin, les efforts ont aussi été mis sur la promotion des études qui seront réalisées en 2019, auprès des électriciens et des plaquistes notamment. Une cadence soutenue qui démontre un véritable dynamisme et une mobilisation sans faille au sein des équipes de l’OPPBTP.

TRAVAUX DE MODERNISATION POUR LA MAECT

En lien avec les médecins-conseils de l’OPPBTP, des travaux de modernisation de la méthode d’analyse et d’évaluation des conditions de travail (MAECT) ont été entrepris en 2018. Un 21e item a notamment été créé concernant les vibrations. Ce processus standardisé vise à améliorer les conditions de travail à l’échelle d’une profession. Sa fonction est complémentaire de celle de la Veille Technique Terrain (VTT).

Actions contre les risques chimiques

La campagne Carto amiante poursuit sa route et ses objectifs. En dépassant le seuil des 1 000 candidatures (207 enregistrées en 2018), l’implication des entreprises dans la démarche se confirme. Cette seconde campagne, réalisée en partenariat avec l’INRS et la DGT, a permis d’établir les mesures d’empoussièrement de près de 324 chantiers, menées par 155 entreprises, et de l’analyse de 11 situations de travail, dont six nouvelles. Les résultats encourageants montrent de faibles niveaux d’empoussièrements et met en évidence la mise en œuvre de processus de travail maîtrisés, ainsi que la pertinence des solutions opérationnelles simples en matière de prévention du risque amiante pour les travaux d’entretien. Le second rapport d’analyse et de préconisations a été conçu de façon à offrir encore plus de données consolidées, un contenu structuré et à faciliter son exploitation par les entreprises. Ses fiches détaillées par situation, claires et simples, comportent pour chacune les valeurs de références et préconisations associées pour faciliter l’utilisation. Ce document clé constitue l’une des seules références sur le sujet, en France et en Europe, permettant aux entreprises de procéder à l’évaluation de l’empoussièrement en fibres d’amiante de leurs processus. Les résultats sont encourageants. Ils montrent de faibles niveaux d’empoussièrement : 10 processus de niveau 1 (empoussièrement inférieur à 100 fibres/litre) et un processus de niveau 2 (empoussièrement compris entre 100 et 6 000 fibres/litre), ce qui traduit la mise en œuvre de processus de travail maîtrisés. La cartographie établie est complétée de conseils appropriés en matière de protection collective et individuelle. Dans le prolongement de cette campagne, deux actions sont entrées en phase opérationnelle : le projet « Règles de l’art Amiante SS4 dans les bâtiments » initié par la CAPEB, la FFB et l’OPPBTP pour les travaux en sous-section 4 et la démarche « Processus innovants Amiante SS4 ». L’OPPBTP poursuit également la campagne exploratoire Carto silice. Avec 27 chantiers réalisés en 2018, 60 % du programme ont été effectués et les premiers résultats démontrent l’importance des moyens de protection collective. L’ensemble des enseignements sera communiqué aux organisations professionnelles au printemps 2019. Autre opération d’envergure, le projet PROPOBOIS, fruit d’un partenariat entre l’OPPBTP et le FCBA, a permis d’entrevoir en 2018 des solutions opérationnelles qui répondent à l’exigeante réglementation « Poussières de bois » ; celles-ci seront présentées en 2019. Enfin, l’outil d’analyse du risque chimique (base de données e-Lara) a été mis à jour avec l’ajout de plus de 800 substances chimiques. L’Organisme a également œuvré à l’intégration de produits chimiques sur la base de données du site Preventionbtp.fr pour 2019 avec des fonctionnalités enrichies (facilitation de l’inventaire, programme de rendez-vous virtuels avec les experts risques chimiques de l’OPPBTP, etc.).

Pratiques d’excellences et innovations pour les travaux amiante SS4

Né de discussions au sein du Plan recherche et développement amiante (PRDA), le projet Règles de l’art Amiante SS4 dans les bâtiments vise à standardiser une trentaine de travaux d’entretien et de maintenance des matériaux amiantés

En Lire +
« Pouvoir connaître la composition du matériau, les conditions dans lesquelles il a été coulé, mais également ses spécificités, sera utile en termes de maintenance, mais également de prévention et de sécurité. »

Nombreux travaux sur le plan juridique

Côté normalisation, 2018 a vu la présence renforcée des experts de la Direction Technique de l’OPPBTP sur les thèmes électricité, machines et ergonomie. Leurs interventions consistent, en amont des chantiers, à pousser les acteurs de ces différents domaines à prendre en compte le bénéfice utilisateur dans leurs cahiers des charges opérationnels. Par ailleurs, l’OPPBTP a entrepris deux actions à l’échelle européenne dans le domaine des EPI. La première porte sur la compatibilité entre les équipements. Le but étant de s’assurer que, lors d’une utilisation simultanée, chacun offre un niveau de protection, d’efficacité et de confort optimal. Il s’agit ainsi, à titre d’exemple, de garantir à un électricien que le port de son casque ne soit pas gêné par celui de ses lunettes et bouchons d’oreilles, et inversement.
La seconde action concerne le mouvement smart EPI (équipements intelligents et connectés) dans lequel l’OPPBTP s’engage à représenter les utilisateurs dans le cadre des travaux normatifs. L’Organisme a également collaboré avec différents fabricants et start-up pour mettre au point un vocabulaire commun et s’accorder sur un protocole d’évaluation des smart EPI quant à leurs fonctions essentielles de protection et leurs bénéfices réels. Un groupe de travail sur le sujet a ainsi été constitué rassemblant une cinquantaine de start-up et de fabricants d’EPI disposant d’un service R&D.

Panorama de solutions concrètes

Destiné à améliorer la qualité des organismes de formation des travaux sous-tension, l’ORG TST-IE a vu le jour en 2018. Une démarche de branche (Serce, FFIE, Una Capeb électriciens) à laquelle l’OPPBTP a participé en concevant les processus et outils nécessaires pour auditer, évaluer les performances et agréer les organismes de formation. Salué par les organisations syndicales et la DGT, le système a été repris par les industriels de l’automobile de plus en plus concernés par cette problématique, du fait de l’intensification de la production de véhicules électriques. L’OPPBTP s’est également investi dans le domaine de la santé auditive. Avec l’élaboration d’un référentiel sur le risque bruit, l’offre d’information sur le sujet s’est encore étoffée sur le site Preventionbtp.fr.


L’héliportage, indispensable pour l’approvisionnement dans certaines zones, a donné lieu à une publication remarquée.
Fruit d’une réflexion régionale (entreprises affiliées FFB Savoie et de transports aériens), ce guide de bonnes pratiques rappelle toutes les règles afférentes à ces opérations, de l’analyse préalable des risques à la formation des personnels (pilotes, accompagnants ou personnes au sol). Autre sujet qui fait l’objet d’une vigilance poussée : les échauffements. L’OPPBTP a rédigé un rapport de synthèse précisant l’impact apparent d’une politique d’entreprise de ce type d’exercices en démarrage d’activité sur les chantiers. Principaux effets : une certaine influence sur les accidents du travail dit de la « première heure », sur la cohésion d’équipe et sur l’efficacité au travail.

Une vision prospective aiguisée

Enfin, sur le terrain de l’organisation de chantiers et des techniques constructives, la Direction Technique a publié en 2018 deux manifestes sur les sujets du BIM (avec Charte BIM 2022) et du Lean Management (avec FFB Aquitaine). Basées sur de nombreuses analyses de cas et des suivis de chantiers, ces réflexions ont pour but de mettre en évidence les apports bénéfiques du BIM en prévention et d’identifier en quoi le Lean Management peut contribuer à une meilleure prévention et de meilleures conditions de travail.

C2P : AIDE MÉTHODOLOGIQUE À LA FNTP

Suite aux textes législatifs publiés fin 2017 relatifs au Compte professionnel de prévention (C2P), l’OPPBTP a apporté une aide méthodologique à la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) pour réaliser un référentiel, en tenant compte des avis des syndicats professionnels. « Ce dernier s’est focalisé sur l’exposition au bruit de 109 métiers : nombre de salariés exposés et efficacité des moyens de prévention mis en place. Il en résulta une grille d’évaluation précise, et donc optimale pour jouer un rôle de prévention efficace face au risque bruit », explique Jean Tarbes, Directeur technique adjoint de l’OPPBTP.

www.preventionbtp.fr
www.oppbtp.com
Nous contacter