#MOBILISER

Relier la réalité du terrain à une démarche santé et sécurité est un axe suivi par toujours plus d’entreprises du BTP, notamment grâce à l’approche positive de la prévention mise en place par l’OPPBTP. Un état d’esprit qui se matérialise par des solutions concrètes et faciles que de plus en plus de professionnels s’approprient, des partenariats solides avec les représentants clés du secteur et un accompagnement qui vise à faciliter la vie de toutes les structures.

PARTICIPANTS ont été sensibilisés aux questions de prévention via des réunions d’information, ateliers sécurité et ateliers DU proposés par l’Organisme et ses grands partenaires.

APPRENTIS ont été sensibilisés en 2018 via les formations des CFA, IUT, ainsi que les modules 100minutes.

COMPTES PREM’S ET Plus ont été créés en 2018, soit autant de nouveaux utilisateurs des services en ligne de l’OPPBTP pour gérer la prévention. Via ces deux outils, 14 764 DUER ont été créés au cours de l’année, dont 9 474 finalisés.

HEURES DE FORMATION à la prévention ont été animées au cours de l’année 2018.

VISITES ont été comptabilisées sur les différents sites de l’OPPBTP, soit 52 % de plus qu’en 2017. Au vu des requêtes
des internautes professionnels du BTP : les contenus obligatoires et réglementaires, les risques majeurs (chute de hauteur et produit chimique) et les équipements de protection collective sont les trois préoccupations majeures des entreprises.

Développer la culture prévention

INSUFFLER LA PRÉVENTION DANS LE QUOTIDIEN DES ENTREPRISES

>

Développer une culture santé et sécurité, c’est d’abord faire changer les regards sur la prévention. Pour tout professionnel du BTP, la prise de conscience doit transformer l’impératif réglementaire en source de valeurs ajoutées pour l’entreprise. Cette conviction, l’OPPBTP la nourrit et la diffuse à travers toutes ses actions en direction des entreprises, dirigeants comme salariés.

Gagner en performance est, pour toute entreprise, un défi permanent qui est d’autant plus profitable s’il intègre des actions de prévention.

Des réponses spécifiques aux besoins des entreprises

Pour aider les professionnels dans ce challenge, l’OPPBTP a lancé en 2018 deux services innovants. Le premier, monDOCunique Prem’s, permet de réaliser son Document Unique en trois étapes simples et le plan d’action associé qui définit les différents leviers à actionner (formations, nouveaux équipements, etc.). Le second, PréventionBTP En Direct, offre une réponse immédiate à plus de 500 questions de sécurité et prévention. Un an après la mise en service, le succès est au rendez-vous : plus de 5000 comptes ont été créés via le premier outil et le second enregistre 185 000 visiteurs uniques en 12 mois. Pour les utilisateurs de monDOCunique Prem’s, c’est l’opportunité de s’engager dans un parcours de progrès continu de 24 mois au cours duquel ils bénéficient de conseils et bonnes pratiques personnalisés en fonction de leurs besoins et attentes. Et pour tous les professionnels du secteur, PréventionBTP En Direct permet de chatter en direct avec les experts en prévention du BTP et d’échanger par téléphone avec l’un des 24 conseillers experts de l’équipe.

« Le temps où il fallait passer par l’obligation, la contrainte et la sanction pour obtenir des résultats en matière de sécurité est révolu. Les mentalités évoluent et mieux vaut aujourd’hui impliquer les salariés, notamment la jeune génération, dans une démarche de prévention. »

Un engagement collectif

Un succès pour ces deux solutions innovantes dû notamment à leur développement en collaboration avec les organisations patronales et syndicales du BTP et les services de santé. Elles ont également été plébiscitées par la DGT (Plan Santé au Travail 3) et présentées à différentes directions régionales Carsat et DIRECCTE, ainsi qu’à plusieurs entreprises pour s’assurer qu’elles correspondaient à la fois aux exigences réglementaires et aux réels besoins des entreprises. Les déploiements se sont faits à travers un dispositif de marketing digital et l’encapsulage (l’insertion de ce service) sur les sites internet des organisations professionnelles et d’entreprises partenaires acteurs du secteur, à l’instar de Point.P, la CAPEB, la FFB, les SCOP du BTP, APST BTP, le Ministère du Travail, Loxam, Kiloutou, E-BTP*. Une stratégie payante pour l’OPPBTP car son écosystème digital a connu son plus fort trafic en 2018 avec plus d’1 million de visiteurs uniques  En 2018, l’OPPBTP a vu son action se déployer, notamment grâce aux relais effectués autour du DUER. Avec la Capeb, la FFB, la FNTP, le ministère du Travail, Loxam ou encore les SCOP du BTP, chacun des accords-cadres nationaux ont été déclinés en accords régionaux, permettant d’engager encore plus d’entreprises en prévention. Au total, ce sont près de 8 000 entreprises qui ont été sensibilisées via des réunions d’information. L’année a également marqué la signature de conventions avec des syndicats de métier (couvreurs, serruriers-métalliers, maçonnerie et gros œuvre, etc.) dans le but de préparer des études métiers. Des avancées significatives sont à noter également dans le cadre des travaux préparatoires d’études métiers avec les couvreurs et les plaquistes dans l’objectif de signer une convention en 2019. La méthode a été présentée à une quinzaine de Services de santé ainsi qu’à de nombreuses organisations professionnelles (UNPI, UNA MTPI, UNA CPC, UNA3E, FFIE, SERCE, UMTM) afin d’exposer les principes et les modalités de la démarche.

Une offre d’information multicanale, visible et consommée

Avec 10 numéros et un numéro spécial consacré au risque chimique en octobre 2018, le magazine Prévention BTP dans sa version couplée, papier et digitale, a connu une progression de 17%

En Lire +

Un programme de rencontres et d’échanges

Autre caisse de résonance au service de la prévention : les 21 événements auxquels a participé l’OPPBTP pour sensibiliser partenaires et adhérents aux enjeux de la santé — sécurité (Nordbat, JC Capeb, etc.) ou pour inviter les experts de la prévention à un partage d’expérience (Préventica Lyon, Congrès national de Santé au travail de Marseille, etc.). En 2018, ce sont plus de 800 professionnels qui sont ainsi venus à la rencontre de l’Organisme, découvrir l’offre, les différents outils et d’échanger avec des conseillers notamment sur le stand monDOCunique Prem’s. En outre, toute l’année, des rendez-vous réguliers avec chaque organisation syndicale ont permis de porter le message de la prévention à destination des salariés lors de réunions d’information régionales ou de séminaires nationaux.

« L’ensemble de la profession doit rester attentif au respect des bonnes pratiques par les compagnons, notamment ceux récemment entrés dans le BTP. »

Animer et accompagner

Pour guider les TPE dans une démarche de prévention, l’Organisme a lancé un parcours spécifique PREM’S qui permet de finaliser le DU ainsi que le plan d’action via une campagne d’e-mailings d’information sur deux ans. En 2018, ce sont ainsi 5 174 DU qui ont été initiés. Un bilan auquel s’ajoutent les 782 entreprises guidées dans la réalisation de leur Document Unique lors des quelque 460 ateliers organisés sur le territoire au cours de l’année et les 218 sociétés inscrites aux sessions coorganisées avec les SIST. Enfin, les adhérents du réseau CAP Prévention, qui compte 4 600 adhérents — correspondants prévention, ont pu enrichir leurs connaissances et échanger avec leurs pairs et des experts de l’Organisme. En 2018, les 260 réunions organisées ont attiré près de 2 000 participants sur les thèmes suivants : « Organiser la prévention en entreprise : comment vous y prenez-vous ? » ; « Vérification des matériels : quelle organisation mettez-vous en place ? » ; « Capitaliser et progresser en prévention à partir de la visite des lieux de travail ».

MON DOC UNIQUE PREM’S : CE SONT LES TPE QUI EN PARLENT LE MIEUX

TEDDY FERRY Entreprise de maçonnerie traditionnelle, travaux de rénovation
Dirigeant - 1 conjoint salarié - 1 apprenti

« J’ai appris qu’il fallait faire le document Unique à la suite d’une formation. Ce que j’ai le plus apprécié dans Prem’s, c’est l’évaluation des risques que l’on coche. Le périmètre métier est bien fait. Pour chaque métier, il y a une bonne partie des risques présents au quotidien. Par exemple, dans mon activité, je prenais en compte le risque chimique, mais pas suffisamment. À la fin, il faut choisir des engagements. J’en ai choisi trois, dont deux qui sont en cours : la mise en place de trousses de pharmacie dans les véhicules, la formation échafaudages et travaux en hauteur et le Disjoncteur Différentiel Haute Sensibilité (DDHS) déjà en place sur les chantiers. Ça a changé mon regard sur mon métier, car on essaie d’être au top pour les ouvriers, sauf qu’ils ne sont pas toujours à 200 % en sécurité. Cela prouve qu’on s’intéresse à eux et c’est un gage de sécurité pour le client. Cela le rassure de voir un chantier propre et des ouvriers équipés comme il se doit »

GAËL DIXNEUF Entreprise de maçonnerie générale
Dirigeant - 2 salariés - 1 apprenti

« Pour moi, le DU était une obligation administrative qui allait me faire passer deux jours à remplir des papiers qui ne servent à rien. Un de mes collègues mettait en place son DU par le biais de Prem’s. Il m’a dit d’essayer, que c’était assez simple. On crée d’abord un compte, puis toutes les démarches sont intuitives. Lorsque j’ai coché la case « maçon », sont apparus les cinq risques majeurs qui correspondent bien à la réalité chantier. Grâce à Prem’s, j’ai pris conscience des risques auxquels je ne pensais pas, notamment le risque routier et le risque électrique. La première action que l’on va mettre en place est l’achat d’une minipelle car on pourrait beaucoup moins forcer avec un engin de levage et la seconde est la fabrication sur mesure de bouchons antibruit. Quand j’étais apprenti, il m’est arrivé de travailler sur des échafaudages qui n’étaient pas en sécurité. On a peur, on ne travaille pas bien. On est toujours stressé qu’il nous arrive quelque chose, donc on perd du temps. Sur plusieurs plans, la sécurité per- met d’être plus serein, de gagner du temps et de mieux travailler. Le plus long est de créer l’habitude. Dès qu’on a l’habitude, ça roule tout seul. Certains collègues préfèrent payer quelqu’un pour faire leur DU. Ils seront en règle, mais ils ne seront pas du tout sensibilisés sur les sujets. »

Diversité et pertinence des contenus en ligne

Enrichie en permanence, l’offre de contenu séduit toujours plus de professionnels. En 2018, ils ont été près de 20 000 à consulter les contenus en ligne Prévention & Performance (cas, vidéos et dossiers). 36 nouveaux cas ont été créés au cours de l’année et 13 collaborateurs OPPBTP ont été formés pour compléter le maillage national (au moins deux conseillers par agence) et initier de nouvelles analyses de ce type sur le terrain, parfois à la demande directe d’entreprises et d’organisations professionnelles. Du côté des thématiques phares, la gestion du chantier demeure l’une des principales préoccupations des entreprises. Les taux de consultation de l’offre d’information parlent d’eux mêmes : le trafic des vidéos Prévention et Performance franchit le seuil des 10 000 vues (+11% en 2018) et du côté des téléchargements sur Prévention BTP (+76 % au global), les fiches Prévention et les fiches Solutions chantier bondissent respectivement de 28% et 25,7%. Autre problématique majeure : le sujet matériels et engins figure dans le top 3 des questionnements des professionnels en 2018 (11% des pages vues sur PréventionBTP En Direct). Une tendance qui se confirme au regard des intentions d’achat de nouveaux matériels formulées dans plus de 20 % des Documents Uniques réalisés. Cette connaissance, l’OPPBTP la met à profit en fournissant de nouveaux outils de gestion du parc matériel sur l’espace ePrévention et en alimentant ses différentes bases de données : les 1 100 cas issus de la Veille Technique Terrain (VTT) dont 400 Solutions Chantiers disponibles en ligne, les 290 cas Prévention et Performance et les 500 Questions/ Réponses de PréventionBTP En Direct sur une dizaine de sujets (amiante, plomb, DU, coactivité, travaux en hauteur, électricité, EPI, matériels et engins, santé et condition de travail, aides financières).

« Le digital permet de faire une segmentation client plus fine en fonction des niveaux de maturité. L’offre de service a été revue et réorganisée pour permettre un accompagnement plus efficace. Pour les entreprises, le passage à l’action en prévention devient ainsi plus simple, créant une dynamique positive et devenant une source de réussites. »

OFFRE DE SERVICES

L’OPPBTP a créé un catalogue de son offre de services présentant les outils et supports disponibles par typologie d’entreprise (taille et culture prévention), type de service demandé et phase d’activité concernée. Après analyse de la demande, le conseiller trouve la fiche correspondant à la typologie, le principe directeur associé au service et la liste des services et outils classés par produit : affiche, fiche prévention, fiche outil pratique, fiche juridique, monDOCunique Prem’s, magazine Prévention BTP, guide, dossier prévention, vidéo, registre, mémento, espace ePrévention, cas Prévention et performance.

« C’est un besoin estimé par le réseau CCCA-BTP de pouvoir sensibiliser les jeunes à la prévention des risques dès leur entrée en formation. »

Une offre et une approche au diapason

2018 a également été l’année de l’inventaire pour l’OPPBTP. L’Organisme a réalisé un catalogue de son offre de services par typologie d’entreprise afin d’offrir une visibilité globale à tous les collaborateurs et de présenter la complémentarité des services. Ce support intègre les principes directeurs qui proposent un modèle d’organisation performant en matière de prévention et adapté à tous types d’entreprises du BTP. Le catalogue évoluera en fonction des retours d’expérience agence et de l’écoute permanente des besoins clients. Parallèlement, l’Organisme a fait évoluer son concept d’approche positive de la prévention qui positionne celle-ci comme outil de management et levier de la performance globale de l’entreprise, en constituant un vocabulaire spécifique et en élaborant un kit de communication (affiches, cartes postales). Pour s’approprier la stratégie, les collaborateurs internes ont bénéficié d’accompagnement sous différentes formes : par le biais d’un guide, d’un Business game organisé par l'Université du Conseil ou encore d’un module consacré au Nudge en e-learning. Autant de ressources pour nourrir cette approche globale de la vie professionnelle, qui va bien au-delà des aspects techniques et sert aussi bien la performance économique que la performance humaine.

Des acquis pour l’avenir

Bagage théorique et pratique de tout professionnel, la formation demeure le premier canal de transmission des compétences et réflexes en matière de prévention. L’OPPBTP se mobilise ainsi pour que tous, corps enseignant, apprenants et étudiants, disposent des outils pédagogiques nécessaires. Partenaire de l’Éducation nationale, l’Organisme a ainsi participé en 2018 aux commissions professionnelles consultatives des CAP peintre, solier, béton armé, ouvrage d’art, constructeurs en canalisation TP, carreleur, plâtre et plaque. Du côté de l’apprentissage, en soutien du CCCA-BTP, 15 Journées Techniques Enseignants ont permis de former 180 intervenants et des sessions Prév’en Quiz se sont tenues dans 32 CFA, permettant à plus de 6 000 apprentis d’évaluer leurs connaissances.
L’OPPBTP a également poursuivi ses animations de modules Prévention et Performance au sein des écoles d’ingénieurs du BTP telles que l’ESITC. Et, autre illustration de cette dynamique : la convention avec L’École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie Paris (ESTP) signée fin 2018. Ce partenariat permet aux étudiants de 1re et 2e année d’acquérir, via un module e-learning, les fondamentaux en prévention des risques professionnels et fournit aux intervenants les ressources pédagogiques de son offre de formation initiale supérieure.

« C’est un sujet important sur lequel les apprentis ont rarement l’occasion de s’exercer. Ils manquent souvent soit d’autorisation, soit de moyens. »
Les futurs encadrants du BTP formés par l’OPPBTP

L’École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie Paris (ESTP) et l’OPPBTP ont signé fin 2018 une convention de partenariat permettant aux étudiants d’acquérir les compétences nécessaires à la prévention des risques professionnels.

En Lire +

UN TERRAIN EN ACTION

Avec la FFB

L’accord de partenariat national FFB / OPPBTP continue de faire l’objet de déclinaisons en conventions régionales. Bilan des opérations 2018 :
• 714 entreprises accompagnées dans l’EvRP au cours des 117 sessions « action DU-Préval »
• 4 667 entreprises informées grâce aux 201 réunions organisées ;
• 44 contrats d’accompagnements longs engagés et 493 actions ponctuelles.

Avec la FNSCOP

2018 a marqué le déploiement avec la FNSCOP des nouvelles conventions régionales qui visent à renforcer les accompagnements DU avec la gamme MonDOCunique et ciblage et l’évaluation du niveau de prévention de SCOP volontaires pour un « diagnostic d’engagement ». La fédération et l’OPPBTP se sont également engagés sur un nouvel accord partenarial national afin, d’une part, de promouvoir et encapsuler MonDOCunique Prem’s et PréventionBTP En Direct et, d’autre part, préparer une étude métier couverture (en partenariat avec UNCP).

Avec la CAPEB

L’accord de partenariat national CAPEB / IRIS-ST et OPPBTP continue de porter ses fruits :
• 736 artisans ont été accompagnés au cours de 141 sessions pour l’élaboration de leur DU et plan d’action ;
• 84 réunions regroupant 971 entreprises informées en 2018 ;
• 41 accompagnements longs (DDP, contrat d’accompagnement) et 380 actions ponctuelles ; Celui-ci fait également l’objet de signature de conventions régionales et départementales.

Avec la FNTP

Année riche pour les partenariats avec la FNTP. En plus du suivi de la convention nationale avec une contribution technique aux groupes de travail TMS, Risques chimiques, Formation et Maîtrise d’ouvrage, les correspondants Travaux publics se sont fortement mobilisés en région. Au total, 35 réunions d’information regroupant 1 093 participants ont été organisées et occasionné 1 783 actions de conseil terrain.

Avec les services de santé au travail

Le médecin-conseil est le lien entre l’agence OPPBTP régionale et les services de santé auxquels adhèrent les entreprises. En 2018, les médecins-conseils ont participé aux diverses études métiers en cours : commission conditions de travail des étancheurs, réunions de restitutions, réunions de préparation d’études comme l’étude métalliers ou l’étude canalisateurs.

Avec les organisations représentatives des salariés

Les organisations syndicales
(CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE- CGC) constituent un soutien privilégié pour porter les messages de prévention auprès des salariés. En 2018 l’OPPBTP a participé entre autre au séminaire Temps Forts du BTP organisé par FO, au collectif santé CGT, aux Journées CHSCT de la CGT (sur le thème Culture Prévention) et au congrès FO. Autres actions menées : une visibilité renforcée des messages de prévention dans les supports de communication diffusés aux adhérents et la diffusion du magazine PréventionBTP.

Au service des compétences tout au long du parcours professionnel

Parmi les marges de progression indispensables à la vie d’une entreprise, la formation professionnelle continue est l’une des réponses possibles pour les dirigeants comme pour les salariés. En 2018, après l’abandon des formations obligatoires, l’OPPBTP a recentré son offre sur les problématiques dont l’objectif est de développer la culture prévention à tous les niveaux, que ce soit pour le(s) dirigeant(s), les encadrants de chantier ou les opérateurs. Au total, 10 562 participants issus de 1 627 entreprises ont bénéficié des stages proposés par l’Organisme. Ce sont ainsi près de 110 000 heures de formation qui ont été animées au cours de l’année 2018.
Aussi, en structurant son offre de service alliée aux principes directeurs, l’OPPBTP garantit un accompagnement et un diagnostic sur mesure. Plusieurs modules ont ainsi rencontré un vif succès, à l’instar de ceux dédiés au management de la prévention, à la communication santé et sécurité, à l’organisation générale de l’entreprise, la préparation de chantier et le pilotage et le suivi des mesures dans l’entreprise, ainsi que prévention performance.

« Le rôle de l’OPPBTP est de faire progresser l’entreprise et de la rendre autonome en prévention, plus que de répondre à des caractères obligatoires de formation. »
« Mes principaux objectifs sont que mes salariés restent dans l’entreprise, soient en forme et fiers de travailler pour elle. Je pense que tout ce que je mets en place est valorisant pour eux comme pour l’entreprise. Mais c’est aussi un gage de rentabilité. Avant d’être à mon compte, je travaillais avec mon père, “à l’ancienne”. Lorsque je me suis installé, je me suis vite aperçu qu’en achetant du matériel, non seulement je réduisais la pénibilité sur les chantiers, mais l’entreprise devenait plus rentable. »
www.preventionbtp.fr
www.oppbtp.com
Nous contacter